Historique

Le premier Bistrot Mémoire s’ouvre à Rennes fin 2003
Initialement, Isabelle Donnio et Irène Sipos développent ce concept, inspiré des pays anglo-saxons, d’accueil par des bénévoles spécifiquement formés et un psychologue, de malades Alzheimer et de leur(s) proche(s) dans un lieu neutre (un café).

Le Bistrot Mémoire a pour mission de reconnaître la personne malade et sa parole, et de modifier le regard « de la société » sur la maladie et les comportements qui en découlent : il n’y a pas de place assignée pour les aidants d’un côté, et les personnes malades de l’autre. On ne parle pas du malade, en dehors de lui, mais chacun peut échanger sur ce qu’il vit, de difficile mais aussi d’heureux.

A la clé de la déclinaison concrète de ce concept, une liberté totale quant à l’heure d’arrivée ou de départ, et de s’impliquer ou non dans les discussions ou les débats. Les participants peuvent s’informer, échanger, s’exprimer librement, recréer des liens que la maladie avait peu à peu distendus.

Ce projet participe au soutien des proches dans la charge psychologique qui leur incombe et ainsi à la prévention du risque d’ébranlement du système familial. Plus largement, il s’agit de maintenir et de restaurer le lien social, d’éviter l’exclusion qui est un risque réel pour les personnes touchées et leurs proches.

L’association Bistrot Mémoire a été créée à Rennes en janvier 2004. Cette initiative prise par un groupe de familles, de professionnels et d’institutions de proposer un lieu et un temps d’accueil des personnes souffrant de pathologies ou troubles de la mémoire et leurs proches, apporte un autre éclairage sur l’accompagnement des personnes vivant avec des troubles de la mémoire et de leurs aidants.

L’ouverture de nouveaux Bistrot Mémoire
Depuis la création du premier Bistrot Mémoire de Rennes, le concept a été repris et les Bistrot Mémoire se sont multipliés.

Ces initiatives se sont particulièrement développées dans tout l’Ouest de la France, puis dans toute la France.

Chaque Bistrot Mémoire est issu d’un collectif partenarial regroupant des personnes et des institutions. Ce n’est pas le projet d’une seule institution: il y a obligation de regards croisés et de mutualisation des ressources et des moyens. C’est pourquoi la mise en place d’un Bistrot Mémoire peut nécessiter plus d’une année de réflexions et de maturation, de mise en contacts.

La triangulation entre les professionnels, les bénévoles et les personnes aidées constitue un des fondamentaux de cette initiative. Ainsi, chaque Bistrot Mémoire rassemble trois collèges : ⁃ Les personnes malades et leurs proches ; ⁃ Les bénévoles, dont certains sont issus d’une association qui apportait du conseil aux aidants (le « conseil des familles ») ou des travailleurs sociaux retraités, des personnes accompagnant ou ayant accompagné des personnes malades ; ⁃ Des professionnels issus de services de soins à domicile, d’associations, CLIC, EHPAD.

Ainsi, notre volonté et notre force doivent être de poursuivre notre réflexion sur l’accompagnement des personnes vivant avec des troubles de la mémoire, et de leurs proches, toujours en repartant de nos pratiques, de nos observations croisées entre les personnes malades, leurs proches, les bénévoles et les salariés.

 
Mise en place de l'Union et développement d’une approche complémentaire de la maladie d’Alzheimer
Dès 2005, sont organisées des journées annuelles de rencontres entre les différents promoteurs d’initiative Bistrot Mémoire. Ces rencontres nationales ont progressivement mis en évidence le besoin d’un regroupement afin de soutenir le développement des Bistrot Mémoire.

L’Union des Bistrot Mémoire se créée en 2009, avec pour mission de promouvoir le concept de Bistrot Mémoire, d’aider à faire émerger de nouveaux Bistrot Mémoire en France, et de mutualiser des actions communes (recherche de financement, site internet, organisation des Journées Nationales, etc.). Plus largement, l'Union a pour ambition de mettre en lien tous ceux qui, grâce au  Bistrot Mémoire qu’ils ont mis en place, veulent participer au maintien du lien social autour des personnes vivant avec des troubles de la mémoire et de leurs proches. En effet, si l’expérience est partie d’une aventure locale, la reprise du concept lors de nos regroupements nationaux ou régionaux et l’analyse des phénomènes produits ont conduit à la reconnaissance d’une offre complémentaire pertinente pour accompagner ces personnes et éviter leur exclusion.

Les Bistrot Mémoire ont, en effet, pour intention de permettre à chacun d’ajuster sa relation à l’autre et de créer d’autres modalités relationnelles entre les personnes vivant avec des troubles de la mémoire et leurs proches, familiaux, amicaux ou professionnels La reconnaissance a d’abord été celle de la Fondation Médéric Alzheimer et des caisses de retraite complémentaire, promptes à soutenir les actions innovantes, ainsi que les décideurs locaux (ville et départements).