Un Bistrot Mémoire au sein d’un Centre Social

Alors que les 50 Bistrot Mémoire sont le plus souvent « portés » par des structures appartenant au champ gérontologique (EHPAD ou plateforme de répit par exemple), l’Allée Verte est le premier centre social à ouvrir un Bistrot Mémoire.

Dans ce paysage, un centre social a t-il sa place ?

Pour Béatrice Blanchard, Directrice du centre « l’Allée Verte » situé à St Sébastien sur Loire, la création et l’animation du Bistrot Mémoire entre pleinement dans les missions du centre social et répond aux besoins des usagers de la structure. Ce projet constitue également une opportunité pour sortir des murs, rencontrer les habitants, et développer l’activité de l’Allée Verte.

Depuis de longues années, le centre socioculturel est engagé sur la question de l’accompagnement du vieillissement, et identifié sur son territoire comme un acteur singulier dans le paysage des intervenants auprès de ce public. « Nous agissons soit chez l’habitant, soit dans les quartiers, en associant les personnes plus âgées à une dynamique collective, tout en nous intéressant aux besoins spécifiques de chacun. Le Bistrot Mémoire répond aux besoins spécifiques des ainés confrontés à l’évolution maladies neuroévolutives et aux besoins des proches qui les soutiennent.».

Dans l’agglomération nantaise, la ville de Saint Sébastien sur Loire compte parmi les communes les plus impactées par le vieillissement de la population. Le Bistrot Mémoire apporte ainsi une réponse originale aux besoins et aux conséquences liées à l’avancée en âge, ainsi qu’à l’augmentation du nombre de personnes vivant avec des troubles de la mémoire.

Sur les 35% de personnes de plus de 60 ans qui fréquentent régulièrement le centre social, nombreuses sont celles à être concernées par les troubles de la mémoire : soit parce qu’elles sont elles-mêmes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés ; soit parce qu’elles soutiennent au quotidien un proche malade. « Bien que certaines personnes ne l’expriment pas, nous constatons, une fatigue et/ou un stress souvent associés à la posture de l’aidant ; Ou bien un déclin physique et psychique chez de personnes âgées, qui peut être lié aux maladies dégénérescentes ».

En outre, les centres sociaux ont la volonté de sortir de leurs murs afin de rencontrer les habitants du territoire qui ne franchissent pas la porte de la structure. En cela, le Bistrot Mémoire, dont les séances se déroulent dans un commerce du quartier, apparait comme une manière d’aller vers ces personnes que le centre social ne connait pas encore.

Enfin, le Bistrot Mémoire n’est pas uniquement un espace convivial pour les personnes concernées directement ou non par les troubles de la mémoire. Il s’agit d’un espace d’expression et d’information, dont les séances sont animées par une intervenante spécialisée -une psychologue- appuyée par une équipe de bénévoles. Pour Béatrice Blanchard la présence de cette intervenante constitue un atout pour le centre social : « Ces compétences pourront être utiles à d’autres activités que nous développons sur l’accompagnement des ruptures de trajectoires de vie dans la relation de bienveillance ».

Pour l’Union des Bistrot Mémoire, la diversification des structures porteuses de Bistrot Mémoire apparaît comme une richesse. Lorraine Nicolas, déléguée nationale, précise que cette caractéristique permet de multiplier les formes d’expérimentations et de valoriser d’autres formes d’innovation sociale. Celle-ci rappelle également que « créer un Bistrot Mémoire, c’est adhérer à un réseau qui agit en faveur d’une société accueillante et inclusive et s’engager à respecter une charte et des valeurs qui rejoignent celles des centres sociaux ». C’est pourquoi elle se réjouit de l’ouverture prochaine de ce Bistrot Mémoire et espère que d’autres collaborations pourront être nouées avec des centres sociaux.

Le Bistrot Mémoire du Sud Loire sera inauguré le mardi 17 septembre 2019.  

L’Union des Bistrot Mémoire espère que cet engagement de l’Allée Verte suscitera l’intérêt d’autres centres sociaux en France.

Les maladies neuroévolutives ne sont pas l’apanage du champ médical ou du champ gérontologique : elles nous concernent tous ! C’est pourquoi les Bistrot Mémoire peuvent trouver une place dans les espaces d’animation de la vie sociale que sont les centres sociaux et socioculturels. Depuis leur création, contribuer à rendre la société plus inclusive fait partie de l’ADN des Bistrot Mémoire, et intégrer ce dispositif aux activités régulières d’un centre social peut concourir à cet objectif.

Propos recueillis par Fanny Tesson, Chargée de Mission